Rapport d'activités 1er Semestre 2009

 

 

 

 

«Promotion de l’agroforesterie en milieu rural : Projet pilote de production et de plantation d’arbres de Balga»

 

Maître d’œuvre :

ACTION-DGDRE

Bénéficiaire :

Groupement YENPAABU & Ecole Primaire Balga Centre

Localité :

Burkina Faso, Région de l’Est, Commune rurale de Diapangou, village de Balga / Tindandgou

Financement :

Trees For The Future (TFTF)

Assistance Technique :

M. Mahamadou B. TRAORE, Ing. Agronome, Environnementaliste, Expert Agro-Ecologie

          

Présenté par
Emmanuel YONI

Coordonnateur / Action-DGDRE 

Juin 2009 

Sommaire

 

 

 NOTE DE PRESENTATION

ACTIVITES MENEES AU COURS DE L’ANNEE 2008

LES ACTIVITES MENEES DEPUIS JANVIER 2009
Janvier à mars 2009 (1er trimestre) : projet et recherche de partenariat
Avril à juin 2009 (2ème trimestre) : Mise en place du projet pilote de Balga
Notre approche
Suivi de la pépinière de Balga
DIFFICULTES RENCONTREES

RAPPORT D’EXECUTION FINANCIERE

CONCLUSION

 

 

Note de présentation

Créé le 07 juillet 2008 à Fada N’Gourma, l’ONG Action pour le Développement et la Gestion Durable des Ressources à l’Est » (ACTION-DGDRE) est une ONG apolitique, non syndicale et à but non lucratif. Elle intervient à travers toute la région administrative de l’Est, son siège est au Secteur 2 de Fada N’Gourma, chef lieu de la région. Elle est animée par une association de jeunes bénévoles, qui s’engagent à œuvrer pour sauvegarder et mettre en valeur les potentialités de leur région.

Comme le stipule le préambule des documents statuaires de l’ONG, elle adopte la définition suivante du développement à savoir « un processus par lequel une société se donne les moyens de mobiliser ses forces productives dans la transformation de son milieu en vue d’améliorer les conditions de vie et de bien-être de ses membres ».

Notre ONG vise donc à la responsabilisation des personnes au niveau local, par le biais de groupes organisés qui agissent collectivement en vue de prendre en charge des décisions, conduire des projets, des programmes et mener des politiques pour leur bien être.

Pour que ce développement puisse être pérenne, il doit désormais intégrer les aspects économiques, sociaux et environnementaux. Aussi tenir compte des réalités socioculturelles du milieu, valoriser les potentialités locales, surmonter les contraintes et coopérer avec son environnement proche et lointain, dans le but de combler ses défaillances et partager ces richesses. Il doit permettre à l’individu de se réaliser, contribuer à la promotion collective de la localité, de la région, du pays et de l’humanité dans sa globalité.

Les objectifs poursuivis par cette ONG sont entre autres :

-          Promouvoir le développement durable par l’action locale et régionale en faisant sienne la campagne pour les objectifs du millénaire pour le développement (OMD) ;

-          Participer au maintien, à la restauration et à la préservation de l’environnement régional par la promotion de pratiques culturales respectueuses des principes du développement durable ;

-          Participer et faire participer toute la jeunesse et résidents de la région à son développement ;

-          Contribuer à relever le taux d’alphabétisation en particulier celui des filles ;

-          Mener des actions concrètes allant dans le sens de l’amélioration des conditions économiques et sociales des populations et participer ainsi à la réduction de la pauvreté et à l’atteinte de l’autosuffisance alimentaire dans notre pays ;

-          Mobiliser la tranche féminine pour le développement de la région et la soutenir pour son propre épanouissement.

Ce rapport est le premier du genre depuis la création de l’ONG. Il se divise en trois parties :

-          Une brève description des actions posées au cours de l’année 2008 ;

-          Un rapport technique des actions de ce premier semestre de l’année 2009 ;

-          Le rapport d’exécution financière de ces activités.
 Actions au cours de l'année 2008
Il faut rappeler que l’ONG a été créée le 07 juillet 2008 suite à un engagement pris en commun entre les membres exécutifs de l’ONG d’agir pour le développement de leur région commune.

En effet, cette année a connu essentiellement la rédaction et l’adoption des documents statuaires tels que le statut et  le règlement intérieur de l’ONG, recherche de locaux à usage de siège, etc.

Activités menées depuis janvier 2009

 Recherche de partenariat
 

Au cours de ce trimestre, nous avions procédé au montage de quelques projets, suivi de la recherche de partenaires techniques et financiers, qui pourront être intéressés par ces projets dont la mise en œuvre constitue d’ailleurs l’essentiel de notre programme d’activités de l’année.

Les membres de l’ONG Action-DGDRE ont aussi à leur actif la monographie du village de Balga (village d’intervention pilote), rédigée sur demande du représentant d’un partenaire potentiel (Trees For The Future – TFTF) ;
Avril à Juin 2009 , mise en place projet pilote à Balga

Le 19 avril fut la date de première mission du Coordonnateur  sur le terrain pour le démarrage effectif des activités en vue de la mise en route du projet pilote de production et de plantation d’arbres à Balga.

Pour cette première année, le projet  entend produire sur place 43 200 plantes de diverses espèces (Acacia nilotica, Eucalyptus calmaldulensis, Leucaena leucocephala, Gliricedia sepium, Anacardium occidentale, Jatropha curacas, etc.) qui seront transplantées sur des terrains individuels (constituer des clôtures en haies vives, brise vents, etc.), choisis par les bénéficiaires selon leurs ambitions futures (vergers, maraichage, champs ordinaires, etc.).

L'approche

Pour mettre en place le projet la démarche suivante a été entreprise :

-   Organisation de rencontres avec les populations bénéficiaires ;

-   Recensement des besoins et attentes des populations ;

-   Observation de l’engagement et de la mobilisation des futures bénéficiaires du projet ;

-    Suivi à distance de l’évolution de l’organisation des populations pour accueillir le projet à travers des SMS, appels téléphoniques, courriels électroniques, etc. ;

-    Choix de site pour l’implantation d’une pépinière et obtention de l’accord des autorités coutumières locales par les bénéficiaires eux-mêmes ;

-     Achat de matériel pour pépinière  (grillages (100 m), brouettes (2), arrosoirs (4),  pelles (2), pioches (2), etc.) ;

-      Mise en place d’une pépinière de 625 m² par les bénéficiaires eux-mêmes (implantation du grillage), assisté d’un représentant de Action-DGDRE (M. Elie OUOBA, chargé des relations et de la Gestion du matériel et équipements).

Cette pépinière est à usage collectif de même que le matériel offert par le projet (arrosoirs, brouettes, et petit outillage). Elle va servir de lieu de production des plantes désirées avant leur transplantation sur le terrain.

Après la mise en place de la pépinière et la fourniture du matériel d’accompagnement, les membres de l’ONG et son partenaire technique et financier (TFTF) ont animé le 28 mai dernier, une formation à l’intention des bénéficiaires.

Cette formation (théorique suivie de travaux pratiques (TP) était animée par le représentant de Trees For The Future, (M. Mahamadou B. TRAORE, Ing. Agronome, environnementaliste, Expert en Agro-Ecologie) assisté par un des Chargés de formation de Action-DGDRE (M. Alexis D. LOMPO, Instituteur), dans la salle d’alphabétisation des adultes de Balga et sur le site de la nouvelle pépinière.

En-sale-de-formation.jpg

Photo partielle des participants à la formation théorique en salle.

En effet, une quarantaine de bénéficiaires (39 paysans) ont participé activement à cette formation, qui a porté sur la gestion d’une pépinière (préparation du site et du substrat, prétraitement des semences, techniques d’ensemencements, protection et entretien de jeunes plants, etc.), l'intérêt de l'agroforesterie ou agro-écologie en générale, les techniques de plantation et d'entretien des arbres.

Deux enseignants de la localité ont aussi participé à cette formation en qualité de futurs formateurs des élèves dont ils ont la charge. Car, il est prévu l’implication des écoliers à ce projet, en vue de former la base aux questions d’agro-écologie et de production végétale, d’aménagement paysagers, etc.

Pour se faire, les écoliers produiront plus de 2 000 plants qui serviront à clôturer d’une haie vive l’école de Balga et effectueront des aménagements paysagers dans le périmètre de ladite école.

Quand aux paysans, ils produiront chacun 1 000 plants d’espèces diverses, en vue de construire des haies vives d'environ 1/2 ha par participant, dans lequel périmètre ils pourront planter des arbres fruitiers de leurs choix, faire du maraicher, champs, etc.

A long terme, cela va permettre diversifier leurs productions locales basées essentiellement sur la production céréalière et accroître les sources de revenues des populations locales, tout en contribuant à la préservation de l’environnement.

vue-d-ensemble_2396.jpg

Photo de groupe (vue partielle) après les TP, lors de la séance de formation du 28 mai 2009


Le  suivi

Lors de notre première mission de suivi le 05 juin (effectuer par le Coordonateur), nous avions pu constater l’évolution des planches d’essai (cf. photo ci-contre) et la poursuite des activités d’ensemencement par les bénéficiaires.

planche-essai.jpg

Planche de Leucaena leucocephala  mise en œuvre lors des travaux de TP, image du 05 juin 2009

planche-eulalyptus.jpg

150  pots d'Eucalyptus camaldulensis nouvellement ensemencés le 05 juin 2009

En outre sur le terrain nous avions constaté que le 31 mai, a vu la constitution des bénéficiaires en groupement dénommé « Groupement Yenpaabu » avec un bureau de 12 membres en vue de mieux gérer le projet en cours, coordonner leurs activités et bénéficier d’autres projets de partenaires ou d’ONGs tiers.

Ce bureau mise en place a procédé au découpage de l’aire de la pépinière en 45 parcelles de 2mx4m codées et ensuite ont tiré au sort pour le partage.

Une parcelle de 4mx4m a été réservée à l’Ecole de Balga Centre pour la production de leurs plantes.

Par ailleurs nous avions tenu une réunion avec les bénéficières pour plus d’information sur la gestion du matériel, la production des plantes  et l’évolution future du projet et répondre à diverses questions posées par les participants. Au cours de cette rencontre, ils ont procédé à la distribution des semences complémentaires (manquant par rapport à la première livraison du 28 mai).

A ce jour la situation des semences fournies ainsi que d’autres matériels  associés est la suivante:

Tableau récapitulatif de fourniture en semences et divers

Bénéficiaire

Espèces

Quantités

Paysans (43)

Anacardium occidentale

10 kg (3 500 plants potentiel)

Acacia nilotica

9 kg (54 000 plants potentiel)

Albizia lebbek

25 g (500 plants potentiel)

Leucaena leucocephala

500 g (5 000 plants potentiel)

Leucaena salvadorensis

150 g (1 500 plants potentiel)

Gliricedia sepium

200 g (2 000 plants potentiel)

Jatropha curacas

2 kg (3 000 plants potentiel)

Grevilla robusta

32 g (1 800 plants potentiel)

Eucalyptus camaldulensis

20 g (15 000 plants potentiel)

Cacia majum

20 g (essai)

Pots en plastique

200 unités

Acide sulfurique

2 litres (prétraitement des graines)


 

Ecole Balga Centre (270 élèves)

Anacardium occidentale

300 graines (essai)

Acacia nilotica

1 kg (6 000 plantes potentiels)

Pots en plastique

10 paquets (1 000 unités)

 

Difficultés rencontrées

Au cours de la mission de suivi, nous avions pu constater, comme les participants l’avaient souligné lors de la formation, l’action des crapauds qui détruisent les jeunes plants.

Certaines techniques telles que l’usage de la cendre ou du sel ont été conseillées aux producteurs pour limiter ses désagréments.

Lors de la mission du 24 juin, nous avions pu constater au niveau de la germination des graines, un bon taux de germination pour l’Acacia nilotica (90%). Par contre ceux de l’Eucalyptus camaldulensis, du Jatropha curacas restent particulièrement très faibles. Nous pensons à une mauvaise technique d’arrosage pour l’Eucalyptus (graines très légères), qui a pu entrainer le transport des graines. Pour le Jatropha, cela peut être lié à la qualité  des graines.

AUTRES ACTIVITES

En vue de diversifier sa zone d’activité et sur demande d’autres acteurs ruraux du Burkina Faso, et toujours en partenariat avec Trees For The Future, nous avions animé le 26 juin 2009 une formation en agroforesterie et gestion de pépinières au profit d’un réseau de 20 pépiniéristes dans la province du Sanguié (Réo, région du Centre Ouest). Les participants provenaient de deux villages (Kyon et Ekoukouala) et de 2 secteurs de Réo (1 et 4). Ces pépiniéristes exercent l’activité, sans pour autant avoir reçu une formation en la matière. Les participants ont apprécié la formation et ont sollicité d’avantage notre soutien matériel et intellectuel. Une promesse leur est faite d’être pris en compte pour le programme de 2010 en cours de formulation.

Toutefois quelques échantillons de semences (A. nilotica, Bombax costatum, Leucaena, Albizia lebbek,  Grevilla robusta, pots, parkia biglobosa, etc.), leurs ont été données pour des essais dans leurs pépinières.

Le 27 juin nous avions effectué une mission de prospection de terrain en vue de prendre en compte les sollicitations des populations du village de Téma (province du Passoré, région du nord) dans notre programme d’activité de l’an 2010.

Resultats obtenus 
Après six mois d'activités, la production au sein de la pépinière pilote est estimée à  22 000 plantes d'Acacia nilotica (pépinière), pour Anacardium occidentale (semis direct) : - Ecole Balga : 270 plantes; - Groupement Yenpaabu : 1 200 plantes, pour le Jatropha curacas (pépinière): 1 500 plantes et autres : 3 000 plantes.

 

Pepini-re-BalgaF4498-copie-1.jpg

Vue partielle de planches de nilotica et de jatropha (fin juin)

SUITE >